Ecoidées, grossiste en produits bio, cosmétique, baies de Goji, Stévia...

Qui sommes-nous ?

Au commencement fut… Lumière de Sel ! Une idée un peu folle que j’ai eu alors que j’étais professeur de saxophone au Conservatoire de Strasbourg, directeur d’école de musique et concertiste. Inspiré par des amis faisant la promotion du sel de l’Himalaya en Allemagne, ce projet était de faire connaître en France ce nouveau produit, un fameux sel très haut de gamme provenant des contreforts de l’Himalaya…

Nous étions en septembre 2002 et l’aventure qui suivit fut faite de grands voyages, de découvertes et de chaleureuses rencontres, d’inquiétudes quotidiennes, car partant de zéro, sans moyens et sans expérience, la réalité du développement de l’entreprise a été souvent plus proche d’un parcours du combattant que d’un parcours de santé !

M. Henri du Mérac, aujourd'hui gérant de l'entreprise Tribo Technologies et Samia Huber, mon épouse, rejoignirent Lumière de Sel en 2003. Puis, Ecoidées Sarl fut créée dans la continuité en janvier 2005.

Nous avions comme avantages la qualité irréprochable de nos produits, une vision « artistique » des choses, la véracité de nos propos qui dénotaient par rapport à d’autres entreprises qui allaient jusqu’à dire que le sel de l’Himalaya descendait des montagnes enneigées à dos de yacks, carnets de voyages irréels induisant largement en erreur consommateurs et professionnels mais énorme succès marketing. La sincérité de notre démarche a fidélisé un nombre de plus en plus important de magasins, qui ont su nous excuser parfois de notre manque d’organisation. Car nous débutions tout juste… et il nous aura fallu en justifier parfois, faire face à des exigences de perfection alors que nous ne faisions que commencer ! Qu’aurions-nous fait sans la foi et la persévérance ?

Dans ce cadre, nos clients fidèles ne furent pas seulement des partenaires dans une relation uniquement commerciale. Ils furent sans le savoir nos bienfaiteurs, car ce sont eux qui ont rendu possible un projet de vie autant qu’un projet professionnel. Ils ont permis de maintenir l'unité d’une famille à laquelle j’avais fait prendre de très gros risques, puis de développer une entreprise qui donne aujourd’hui du travail, sert des valeurs et un engagement. Qu’ils en soient infiniment remerciés.

Nous sommes devenus progressivement une entreprise de distribution, et les références de notre catalogue commençèrent à s’étoffer.

2005-2006 fut le moment de l’aventure des noix de lavage, de nouveaux voyages en Inde, de l’établissement de notre action durable et équitable dans l’Himachal Pradesh en 2007. Là encore, peu furent informés de notre action, et il ne nous fut pas facile de nous distinguer, alors que notre engagement réel sur le terrain dépassait largement l'indifférence et parfois le cynisme que peut représenter un négoce purement opportuniste… mais là encore la réceptivité et la confiance de certains de nos clients nous a aidé, alors qu’en parallèle j’avais envoyé en Inde tout l’argent que nous avions, pour aider mon fournisseur à établir son unité de production, lui permettre de fortifier sa jeune entreprise et de stocker les noix.

La suite fut une série de rencontres avec des développeurs de nouveaux concepts, la recherche de produits venant du monde entier, visant à l’amélioration du bien-être, de la qualité de vie et de la santé.
« Ethnoscience» fut imaginé en référence aux savoirs anciens, « Ecoidées Innovation » aux découvertes les plus récentes (technologie de micronisation par collisions à haute vitesse pour PANACEO), « Biosagesse   » pour notre gamme alimentaire et notamment les farines sans gluten… Tout cela nous aura conduit aux quatre coins du monde : Chine, Taiwan, Japon, Inde, Etats-Unis et Canada, et bien sûr d’incessantes allées et venues en Europe.

Cela est déjà bien long… mais cette histoire nous tient à cœur. Notre vœu le plus cher est que le travail accompli nous fasse compter désormais parmi les distributeurs français de produits biologiques et naturels, même si les pages de notre catalogue semblent faire pâle figure, en terme de quantité, à côté de celles de nos collègues. En terme de qualité, nous sommes heureux de vous présenter les fruits de notre engagement et de nos recherches. Pour le reste, je vous laisse explorer notre catalogue. Il y a fort à parier que vous y ferez des découvertes !

Je n’ai, pour finir, le sentiment d’aucun mérite personnel ; un dernier grand remerciement se doit d’aller à toute mon équipe, et particulièrement à ceux dont la loyauté, la confiance et l’amitié se sont maintenues au fil du temps, y compris dans les moments d’incertitudes et de difficultés. Sans eux, rien n’aurait été possible. Quant aux autres, ils furent sans le savoir vecteurs d'une prise de conscience, de plus de responsabilité et de moins de naïveté. "Ce qui ne tue pas rend plus fort", dit-on. Envers tous va ma gratitude.

Pierre-Alexandre HUBER